INSOMNIE : j'ai réussi à retrouver le sommeil

Femme en pyjama, couchée sur le flanc et atteinte d'insomnie

Le témoignage enthousiasmant d'une personne atteinte d'insomnie qui se pose la question : que faire ? Son intuition la conduit instinctivement à se tourner vers l'hypnose et elle retrouve enfin le sommeil, naturellement.

Mon sac contenait assez de somnifères pour assommer un cheval. Pour contrer l'insomnie, des Stilnox et à côté, de la brume d'oreiller - une vaporisation d’huiles essentielles apaisantes de géranium, de rose et de thym - et des bougies étiquetées “Relax” et “Zen” à brûler avant le coucher reposaient sur ma table de chevet.

La dame au comptoir m'a adressé un sourire sympathique mais j'étais trop épuisée pour lui rendre.

Je désespérais de retrouver le sommeil toute une nuit entière.

L'INSOMNIE CONCERNE JUSQU'A UN TIERS DES EUROPEENS

Mon insomnie - cet état qui affecte près d'un tiers des Européens - débuta d'une manière totalement anodine. Une dispute ordinaire avec un ami en août 2010 m'avait laissée furieuse et incapable de dormir alors que je ressassais encore et encore la conversation dans ma tête.

À 4h du matin, je me glissai dans le salon et j'allumai la TV. Finalement, le bruit des programmes noya les ruminations de mon esprit et je réussis à m’endormir.

Cela aurait dû être la fin de cet épisode unique d’insomnie, mais non.

La nuit suivante, et tous les soirs suivants, ce fût la même rengaine. Au lit à 23 heures et je me retrouvais à me remettre en colère ou me sentir dégoûtée à propos des soucis de la journée. Puis à quatre heures du mat', sur le canapé, à regarder la télévision et enfin assoupie, finalement.

J'étais déprimée, irritable et constamment au bord des larmes

Femme dépressive à cause de son insomnie

Tout le long de 2011, je ne dormais que trois ou quatre heures par nuit. J'étais déprimée, irritable et constamment au bord des larmes.

J'ai acheté toutes sortes de remèdes miracles : pilules homéopathiques, CD de musique apaisante... Je me noyais dans de longs bains, faisais plus d'exercices, buvais moins d'alcool comme le conseillaient les experts. Rien n'a fonctionné.

En Janvier de cette année, j'étais pire que jamais. Je sombrais dans le sommeil rapidement mais je me réveillais systématiquement entre une heure et trois heures du matin. C'était insupportable.

Même abandonner mon stressant travail de journaliste ne m'a pas aidé et en juillet, je suppliai mon médecin de me prescrire des somnifères. Pendant qu'il rédigeait mon ordonnance pour un puissant tranquillisant, je l'interrogeai sur l'hypnothérapie - parce que j’avais lu un article sur Internet.

Pourquoi pas l'hypnose pour dormir ?

Spirale tournante noire et blanche

L'hypnose est un état transe mentale induit par des suggestions verbales qui visent à amener le patient dans un état de relaxation profonde. Les suggestions peuvent être faites par un thérapeute ou être auto-induites.

Et de nombreux thérapeutes prétendent être en mesure de traiter l'insomnie.

Alors, cela pourrait-il m'aider? "Ça fonctionne pour certains patients", répondit mon médecin en opinant du chef. "Mais je ne veux pas ..."

Les tranquillisants ont fait du bon boulot sur moi et j'appréciais de douces nuits de sommeil bienheureux. Mais dès que je sautai une dose, l'insomnie revenait. Je me suis alors rendue compte que si mon esprit s'était arrêté de dormir, c'est mon esprit qui devait être soigné.

80% de réussite

Donc, quelques jours plus tard, je me rendis chez un hypnothérapeute proche de chez moi, prête à accepter d'être mise dans une transe hypnotique.

La croyance populaire est que l'hypnose est une forme d'inconscience et que l'hypnothérapeute est en mesure d'accéder à toutes les pensées et tous les sentiments dont nous sommes inconscients, mais qui affectent nos vies.

Toutefois, les experts assurent maintenant l'hypnose est un état de veille dans lequel l'attention se concentre, ce qui provoque une diminution de la conscience de l'environnement et un état de suggestibilité accrue.

L’hypnothérapeute revendiquait 80 pour cent de réussite parmi ses patients avec entre une et trois séances pour les aider à dormir à nouveau.
Parmi les 20% restant, la moitié a besoin de plus de trois séances et l'autre moitié n’y répond pas.

“Les effets sont permanents” dit-il. "Si les patients reviennent parce que leur rythme de sommeil se perturbe à nouveau, c'est parce qu'une cause d'origine totalement nouvelle a provoqué cette insomnie."

J'étais prête à tout essayer

Personnellement, j'étais prête à tout essayer. L'hypnothérapeute m'a demandé de suivre un pendentif en cristal et le balança devant mes yeux. Ensuite, il m'a demandé de me coucher et sa douce voix me calma.

Comme il m'avait incité à respirer plus profondément et m'avait dit de détendre chaque partie de mon corps l'une après l'autre, je commençais à entrer en transe. Tout ce que j'entendais était des phrases bizarres me disant combien j'étais détendue.

Puis, de l'état d'extase dans lequel je me trouvais détendue à un point tel que je ne pouvais à peine bouger, je suis entièrement passée à un état d'alerte dès qu'il a dit "dans une minute, je vais vous réveiller" et qu'il s'est mis à compter à rebours à partir de 3.

Un léger sentiment de vertige, d'étourdissement est resté pendant environ dix minutes après je me sois assise et j'ai eu besoin d'un grand verre d'eau parce que j'étais morte de soif.

Enfin dormir d'un sommeil de plomb...

Femme faisant la sieste au soleil dans un parc

Après la séance d'une heure, qui a coûté 90€, je suis partie avec un CD à écouter à la maison pour renforcer le traitement jusqu'à ma prochaine visite cinq jours plus tard. L'hypnothérapeute m'avait prévenu que je pourrais avoir besoin de deux ou trois séances.

La nuit suivant la deuxième session, je me suis réveillée à 7h du matin avec les rayons de soleil dansant à travers les rideaux. J'étais folle de joie. C'est un coup de chance, je pensais, jusqu'à ce que la même chose arriva la nuit suivante, et chaque nuit après.

“Avec les patients qui ont naturellement besoin de peu de sommeil, la thérapie n'arrivera pas à faire de différence, dit l'hypnothérapeute”. Et se réveiller automatiquement très tôt le matin est souvent un signe de dépression, de sorte que le médecin devra s'assurer qu'il n'y a aucun symptôme préalable.

“Les personnes sur lesquelles l'hypnose pour dormir fonctionne à merveille sont celles qui naturellement arrivent à bien dormir, mais subissent une mauvaise passe, comme un deuil ou un divorce."

Quatre mois se sont écoulés depuis et je dors toujours assi bien. L'insomnie ruinait ma vie professionnelle et relationnelle, mais maintenant je me sens largement capable de faire face au stress de la vie quotidienne. Je suis plus calme, plus heureuse et je me sens juste un peu bête parce que la méfiance m'empêchait d'essayer l'hypnothérapie plus tôt.

Oh ! et j’ai jeté à la poubelle tous ces remèdes à base de plantes !

Femme sautant en l'air




Suivez-nous :